24Mai

Vous peinez à recruter des candidats hors pair ? Vous possédez d’ingénieux protocoles pour sonder des connaissances et des compétences techniques, mais vous avez parfois des doutes sur les compétences comportementales des candidats ?

Avez-vous déjà pensé à gamifier votre recrutement ? De prime abord, vous pourriez rétorquer que recruter, c’est tout sauf jouer ! Au vu du coût et des enjeux du recrutement, on n’a pas tellement envie de jouer lorsqu’on cherche la perle rare. Pourtant…le défi est de taille : choisir et intégrer un nouveau salarié qui doit savoir faire, s’adapter, communiquer, posséder des compétences de résilience, d’intelligence émotionnelle, de leadership… Devant un tel défi, ne serait-il pas temps de changer radicalement de mode de recrutement et de penser : gamification ?

Trois points pour vous démontrer que la gamification est une méthode de recrutement qui répond aux exigences de notre XXIème siècle.

Pour cet article, je m’appuierai en grande partie sur le mémoire de recherche de Charles Plougastel, aujourd’hui Ingénieur commercial chez TalenTribu : « Le recrutement en entreprise, La gamification au service de l’attractivité pour les millénials[i] »[ii] que je remercie au passage pour ce remarquable travail.

1. Gamifiez pour un recrutement jeune et dynamique et boostez la marque employeur de votre entreprise

La période semble être plus favorable aux candidats qu’aux entreprises. La marque employeur, c’est-à-dire, l’image de marque, la réputation de votre entreprise est un atout pour voir les candidats affluer. La gamification, par ce qu’elle va amener de novateur, et de ludique est un point favorable pour attirer les générations Y et Z. Un recrutement différenciant peut amener un candidat plein de ressources et de créativité à apprécier un nouveau mode de recrutement, qui plus est s’il est ludique. Attention, bien sûr de lui offrir un poste en adéquation avec ce type de recrutement, c’est-à-dire, challengeant et dynamique.

2. Jouez transparent ! Le mode de recrutement gamifié est perçu comme plus objectif par les Millénials.

De fait, le jeu les amène à réagir, choisir, décider vite et bien. Ils sont dans l’action pour résoudre, traverser, déjouer, manipuler. Les jeunes en quête de reconnaissance seront en effet très sensibles de pouvoir être jugés dans l’épreuve plutôt que sur la base d’un entretien qui les met souvent mal à l’aise.

3. Privilégiez le contact et l’humain et gagnez la considération des candidats

La pandémie a causé des dégâts chez les jeunes privés de relations sociales. L’entreprise qui aujourd’hui organise son recrutement en présentiel, pour une demi-journée d’épreuves inédites et en groupe se pare d’atouts incomparables. En mettant l’accent sur une approche aussi humaine que ludique, elle démontre sa considération vis-à-vis des candidats qu’elle convoque et crée un attrait supplémentaire. Et Charles Plougastel de préciser : « 90.9 % des participants pensent que l’usage du jeu augmente la sympathie à l’égard de l’organisateur ou de l’entreprise concernée. » ; enfin même si le chiffre est moins probant, plus de la moitié (58.3 %) indique que la déception de ne pas être retenu est atténuée par la satisfaction d’avoir vécu une expérience originale, voire enrichissante.

La gamification en présentiel à TalenTribu n’est pas une mode, mais un mode de recrutement qui donne sens à notre désir d’humaniser, de faciliter, d’accompagner pour intégrer le plus humainement possible un candidat à ses nouvelles responsabilités. Laissons le dernier mot au philosophe Mathieu Triclot : « Le jeu est une grande manière d’être et de devenir humain. »[1] pour comprendre que la gamification du recrutement reste un bon moyen de ne pas tenter les candidats à jouer…. double jeu.

Co-écrit par Karine Souday, Docteure ès lettres.

[i] Millénials : personne devenue adulte aux environs de l’an 2000.
[ii] Le recrutement en entreprise, La gamification au service de l’attractivité pour les millénials, année 2019-2020, Master conseil et stratégie commerciale, Paris.
[1] Mathieu Triclot, Télérama, Débats et reportages, Juliette Lecerf, 2020.